Plus l'entreprise est grande moins elle est ouverte à la diversité

Publié le par Eligi Formation

Plus l'entreprise est petite, plus elle favorise la diversité. A contrario, plus l'entreprise est grande, plus les salariés font l'objet de discriminations.

 

En effet, selon une étude réalisée par l'observatoire Opcalia, les discriminations sont plus fréquentes dans les grandes entreprises que dans les PME.

L'enquête révèle que la part des femmes cadres dans les entreprises de moins de 10 salariés (très petites entreprises TPE) est majoritaire (51,2%). Plus la taille de l'entreprise est importante, plus cette proportion diminue, passant à 31,1% au-delà de 50 salariés.

On peut observer une même tendance en ce qui concerne l'emploi des jeunes, des seniors, des travailleurs handicapés ou encore des résidents des quartiers dits "sensibles", leur présence étant plus importante dans les PME de 10 à 50 salariés, qu'au-delà.

L'observatoire fait également ressortir que les salariés des TPE ne sont pas épargnés par les discriminations, mais ces dernières sont moins rapportées. Les critères de discrimination les plus courants sont ceux liés à l'apparence physique, l'âge ou le sexe.

En ce qui concerne les discriminations liées à la religion ou à l'orientation sexuelle, elles ne sont pas évoquées par les petites entreprises, alors qu'elles sont pourtant présentes, aussi bien au sein de l'entreprise que dans les débats publics et médiatiques. A ce sujet, les auteurs de l'enquête avancent une hypothèse : l'organisation des petites entreprises ne laisse pas la place à l'expression des pratiques religieuses (absence de lieu de restauration collective, d'uniforme obligatoire…).

"Info-plus" Principe de non-discrimination et d'égalité de traitement

Toute discrimination (sanction, mesures directes ou indirecte, rémunération, accès à la formation…) en entreprise est interdite et les salariés doivent être traités selon le principe d'égalité.

Par exemple, est considéré comme une discrimination en raison de l'état de santé, le fait d'attribuer une prime qui, d'apparence neutre, pénalise en fait les salariés malades (Cass.Soc. 9 janvier 2007, n°05-43962).

En revanche, le principe d'égalité ne fait pas obstacle aux différences de traitement autorisées, dès lors qu'elles répondent à une exigence professionnelle. Par exemple, certaines mesures peuvent être mises en place en faveur des femmes en matière d'hygiène et de sécurité ou de maternité, sans que cela constitue une discrimination.

Le salarié qui s'en estime victime peut saisir le juge à propos d'une discrimination.

 

 Source : La Tribune, 28 mai 2013

 

 

Publié dans Diversité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article