Le Maire d'Amnéville condamné pour discrimination syndicale

Publié le par Eligi Formation

Le maire d´Amnéville (Moselle), Jean Kiffer (DVD), a été condamné mercredi par la cour d´appel de Metz à verser 5.000 euros de dommages et intérêts à deux employés communaux qui avaient cité l´élu pour «discrimination syndicale», a indiqué ce jeudi l´avocat des plaignants.
Infirmant une relaxe prononcée en mars 2010 par le tribunal correctionnel de Metz, la cour a considéré que les faits reprochés au maire étaient constitués et a condamné M. Kiffer à réparer sur ses deniers personnels le préjudice moral causé aux deux policiers municipaux syndiqués à la CGT, a précise Me Ralph Blindauer.
En 2005, les deux fonctionnaires, aujourd´hui employés aux espaces verts de la ville, avaient remis au procureur de la République de Metz un «rapport d´information» dans lequel ils avaient dénoncé la gestion, selon eux, «inacceptable» des thermes de la ville par leur maire.
En réponse, M. Kiffer les avait qualifiés de «trublions, résidus de la peste rouge», avant de les révoquer. Depuis, la direction de la CGT a organisé à Amnéville plusieurs manifestations «nationales» qualifiées de «luttes emblématiques» par la centrale de Montreuil.
Située au coeur de la Lorraine sidérurgique sinistrée, Amnéville (10.000 habitants) a, sous l´impulsion de M. Kiffer, maire depuis 1965, réussi une reconversion de ses friches industrielles en zones dédiées au tourisme et aux loisirs grâce à une qualification de station thermale acquise en 1987.
Plus de 4.000 emplois directs ont été créés grâce à cette reconversion, selon la mairie.

 

Source : lalsace.fr

Publié dans Condamnations

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article